La particule ga が

On a souvent de la peine à distinguer certaines fonctions communes aux particules wa et が ga. Nous allons voir dans ce cours toutes les facettes de la particule ga が afin de mieux cerner ses attributions.





I. Particule ga が en tant que sujet du verbe.

On peut indiquer le sujet du verbe avec la particule ga が. On peut également indique le sujet avec la particule wa は (voir le premier point de la leçon sur la particule wa は via ce lien : I. indiquer le sujet).

Cependant, le fait d’uliser la particule ga が à la place de la particule wa は implique que l’on met plus d’insistance sur le sujet. C’est comme si on disait : « C’est moi qui… », « C’est Yukiko qui a tout mangé. », « Moi, je vais… ».

私が銀行に行きます。
Watashi ga ginkou ni ikimasu.
Je vais à la banque.
(C’est moi qui vais à la banque.)

雪子がお寿司を全部食べました。
Yukiko ga osushi wo zenbu tabemashita.
Yukiko a mangé tous les sushi(s).
(C’est Yukiko qui a mangé tous les sushi.)

私が行く!
Watashi ga iku !
Moi, j’y vais !

Pour rendre ces trois phrases ci-dessus plus « légères », on peut employer la particule wa は à la place de ga が.
La particule ga が permet de mettre plus d’emphase sur le sujet.



  • Autre exemple :

今日けんたろうレストラン友達タコ焼き食べます。
Kyou wa kentarou ga resutoran de tomodachi to takoyaki wo tabemasu.
Aujourd’hui, Kentarou va manger des takoyaki avec des amis au restaurant.



En début de phrase, on trouve les particules : wa は et ga が. Dans cet exemple, wa は à la fonction de « thème de phrase ». Quant à ga が, sa fonction ici est « sujet du verbe ».

Le thème de la phrase « Kyou » est introduit par la particule wa は. On comprend que tout ce qui va suivre la particule wa は, concerne en priorité « Kyou = aujourd’hui » .

Si on compare les structures des phrases en japonais et en français, on constate dans les deux cas que « Aujourd’hui » est mis en avant.

Le rôle de la particule ga が en tant que « sujet du verbe » , implique que le sujet, ici Kentarou, fait l’action de manger. Kentarou est donc lié au verbe par la particule ga が.

À noter : la syntaxe de la phrase japonaise veut que la particule wa は soit positionnée en début de phrase, même si l’on venait à utiliser ga が.



– Analysons la phrase ci-dessus :

Kyou = aujourd’hui

wa = particule qui indique le thème de phrase

Kentarou = prénom masculin japonais

ga = particule qui précise le sujet du verbe

resutoran = restaurant

de = particule de lieu

tomodachi = ami

to = avec (particule d’accompagnement)

takoyaki = plat japonais qui signifie littéralement « poulpe grillé »

wo = particule d’objet (qui indique le COD)

tabemasu = manger (au présent – futur)



Une fois la maîtrise des particules wa は et ga が acquise, on peut s’amuser à mettre en avant certains éléments de la phrase, par exemple :

今日は僕が疲れた。
Kyou wa boku ga tsukareta.
Aujourd’hui, je suis fatigué.

僕は今日疲れた。
Boku wa kyou tsukareta.
Je suis fatigué aujourd’hui.

Tout comme en français, on peut mettre en avant l’adverbe « aujourd’hui » en le plaçant en début de phrase. La seule différence en japonais est que l’on indique « Kyou » par la particule wa は (voir le deuxième point de la leçon sur la particule wa : II. Adverbe de temps.).

On constate que « Kyou » peut être le « thème de la phrase » mais pas le « sujet du verbe ». Le sujet du verbe, avec « tsukareta », est forcément un être vivant. C’est là, l’une des grandes différences entre les particules wa は et ga が.



II. Avec un i-adjectif et un na-adjectif.

Avec les i-adjectifs (oishii, omoshiroi, ureshii, etc.) et les na-adjectifs (kirei, suki, shizuka, etc.), on utilise la particule ga が.

お寿司が美味しいです。
osushi ga oishii desu.
Les sushi(s) sont délicieux.
(Ici, la particule ga が indique le sujet de la phrase)

私は猫が好きです。
Watashi wa neko ga suki desu.
J’aime les chats.
(dans cette phrase, la particule ga が indique le complément d’objet direct)

* À noter : suki est un na-adjectif, mais il est traduit par le verbe aimer en français.



III. Avec les verbes d’état iru et aru.

いる iru et ある aru sont des verbes d’état avec lesquels on emploie la particule ga が pour indiquer le sujet.
On les traduit par : se trouver ; exister ; se situer ; il y a ; avoir.

いる iru est utilisé pour les êtres vivants et ある aru pour les objets inanimés.

Voyons quelques exemples :

うちに猫がいます。
Uchi ni neko ga imasu.
Il y a un chat à la maison.
(autre traduction possible : Le chat se trouve à la maison.)

横浜にみなとみらいがあります。
Yokohama ni minato mirai ga arimasu.
Minato mirai se trouve à Yokohama.
(autre traduction possible : À Yokohama, il y a minato mirai.)

彼が日本にいます。
Kare ga nihon ni imasu.
Il est au Japon.
(autre traduction possible : Il se trouve au Japon.)



Il est possible de remplacer la particule ga が par wa は :

彼は日本にいます。
Kare wa nihon ni imasu.
Il est au Japon.
(autre traduction possible : Il se trouve au Japon.)



IV. Avec un verbe intransitif.

On remplace la particule wo (qui normalement indique l’objet de la phrase) par la particule ga が.


Le verbe transitif « hajimeru » peut devenir un verbe intransitif « hajimaru » .
Dans cet exemple, on constate le changement de particule wo を / ga が.

明日から日本語のレッスンを始める。
Ashita kara nihongo no ressun wo hajimeru.
À partir de demain, je commence les leçons de japonais.

明日から日本語のレッスンが始まる。
Ashita kara nihongo no ressun ga hajimaru.
À partir de demain, les leçons de japonais commencent.




Nous avons vu que la particule ga が indique le sujet du verbe. Dans l’exemple suivant, on comprend que dans la première phrase, ga が précise que c’est « je » (watashi) qui fait l’action. Dans le second exemple, on constate que c’est l’ordinateur qui est tombé en panne indépendamment de l’action de quelqu’un.

(私が)パソコンを壊しました。
(watashi ga) Pasokon wo kowashimashita.
J’ai cassé l’ordinateur.

パソコンが壊れました。
Pasokon ga kowaremashita.
L’ordinateur est cassé.




Ici, nous avons deux exemples très représentatifs de l’utilisation de la particule wo を et ga が. 見える mieru signifie apercevoir et 見る miru veut dire voir/regarder. Mieru est un verbe intransitif, donc on utilise la particule ga が pour indiquer ce qu’on peut apercevoir.

ここから海が見えます。
Koko kara umi ga miemasu.
D’ici, on aperçoit la mer.

昨日、テレビ見ましたか。
Kinou terebi wo mimashita ka.
Avez-vous regardé la télévision hier ?



V. L’emploi de ga が dans des questions spécifiques.

Dans la série de questions suivantes, on doit employer が ga :

どれがあなたのですか。
Dore ga anata no desu ka.
Lequel est le tien ?

どのカバンが1万円ですか。
Dono kaban ga ichiman en desu ka.
Quel sac à main est à 10 000 yens ?

誰が祭りに行きますか。
Dare ga matsuri ni ikimasu ka.
Qui va au festival ?




En langage familier, on peut poser la question « qui ? » de cette façon :

1. Yuka :
お菓子を全部食べたよ!
Okashi wo zenbu tabeta yo !
Il a mangé tous les gâteaux !

2. Kentarou :
誰が?
Dare ga ?
Qui ? (Qui donc ? / Qui ça ?/ etc.)



Ou parfois, en langage familier, on peut simplement dire « quoi ? » :

何が?
Nani ga ?
Quoi donc ?



VI. Lien entre deux propositions.

Quand la particule ga が est placée après un verbe à la forme polie, on traduit ga が par mais ou cependant.

去年日本に行きましたが、京都に行きませんでした。
Kyonen nihon ni ikimashita ga, kyouto ni ikimasen deshita.
L’année dernière, je suis allée au Japon, cependant je ne suis pas allée à Kyōto.

泳げますが、海に入るのが怖いです。
oyogemasu ga, umi ni hairu no ga kowai desu.
Je peux nager, mais j’ai peur de me baigner dans la mer.



VII. Forme potentielle.

Rappel : La forme dite « potentielle » désigne les terminaisons en -eru ou -rareru des verbes. Lorsque l’on conjugue le verbe à la forme potentielle, cela implique le fait de pouvoir / être possible (pouvoir manger = taberareru ; pouvoir boire = nomeru)

Dans ce cas, la particule wo を est remplacée par la particule ga が.

わさびが食べられます。
Wasabi ga taberaremasu.
Je peux manger du wasabi.

熱燗が飲めます。
Atsukan ga nomemasu.
Je peux boire du saké chaud.



VIII. Verbe forme en –tai.

À l’instar des formes potentielles vues ci-dessus, la particule wo を est remplacée par la particule ga が avec un verbe à la forme en –tai.

ラーメンが食べたいです。
Raamen ga tabetai desu.
Je voudrais manger des rāmen(s).

お茶が飲みたいです。
Ocha ga nomitai desu.
je voudrais boire du thé.



XI. Demander quelque chose avec ga が en fin de phrase.

秋葉原ゲーマーズに行きたいのですが。
Akihabara geemaazu ni ikitai no desu ga.
Je voudrais aller au Gamers Main Store d’Akihabara, mais…


Nous avions déjà vu des questions avec « … wa doko desu ka » ou bien « … ga arimasu ka ». Avec la phrase ci-dessus, c’est une autre façon de demander notre chemin poliment à quelqu’un qui est sûrement au courant du lieu que l’on souhaite atteindre.

On pourrait juste dire : Akihabara geemaazu ni ikitai desu.
Ce qui donnerait : Je voudrais aller au Gamers Main Store d’Akihabara.  

Mais, le fait d’employer « no desu ga » en fin de phrase permet de rendre notre requête plus polie et moins directe.

En effet, ici, la particule ga が indique que l’on hésite. On peut la traduire par « mais… » avec trois points de suspension (ce n’est pas obligatoire selon les situations, à vous de jugez en fonction du contexte).

Le « no » peut être traduit par « c’est que » ou « en fait » afin de montrer que nous attendons une explication de la part de notre interlocuteur. Nous ne sommes pas obligés de rajouter cet élément dans la traduction en français. D’ailleurs, ici, nous nous sommes abstenus pour ne pas surcharger la traduction française.

Néanmoins, on aurait pu proposer : « En fait, je souhaiterais aller au Gamers Main Store d’Akihabara, mais je ne sais pas trop comment m’y rendre… »



X. Épilogue sur les nuances entre les particules ga が et wa は.

Tout est une question de nuance.

Par exemple :

– めぐみお寿司を食べています。Megumi ga osushi wo tabete imasu.
– めぐみお寿司を食べています。Megumi wa osushi wo tabete imasu.

Ces deux phrases veulent dire la même chose : « Megumi est en train de manger des sushi(s). »

La seule différence réside dans la nuance : la particule が ga insiste beaucoup plus sur le sujet de la phrase que ne le fait la particule は wa.

On peut proposer une autre traduction pour la phrase avec la particule が ga : « C’est Megumi qui est en train de manger des sushi(s). »


Autres exemples quand on intervertit les particules wa は et ga が.

この絵は素晴らしいです。
Kono e wa subarashii desu.
Ce tableau est fabuleux.
(ici, en utilisant la particule は wa, on laisse plus d’importance à « subarashii desu » sans trop insister sur « e ». Si on avait utilisé ga, on aurait mis plus d’insistance sur « kono e »)

お寿司が美味しいです。
osushi ga oishii desu.
Les sushi(s) sont délicieux.
(ici, on met l’accent sur « osushi » pour insister sur le fait que les sushi(s) en particulier sont délicieux par rapport (peut-être) à d’autres plats japonais)

お寿司は美味しいです。
osushi wa oishii desu.
Les sushi(s) sont délicieux.
(ici, on laisse plus de place à « oishii desu » sans insister sur le sujet « osushi »)



En conclusion :

La particule ga が est peut-être plus technique que la particule wa. Grâce à une classification précise, on arrive à cerner plus facilement ses attributions.

Afin d’éviter les lacunes, étudiez graduellement chaque point du sommaire et progressez naturellement.

Utilisez ga が dans des phrases simples, remplacez-la par la particule wa は quand cela est possible, essayez par la suite de construire des phrases longues, et vous pourrez progresser de manière significative aussi bien à l’écrit qu’à l’oral.

    1 Response to "La particule ga が"

    • […] ある aru – voire いる iru -, on adopte la particule に ni. フランスにも日本庭園があります。Furansu ni mo nihonteien ga arimasu.En France aussi, il y a des jardins […]

Laisser un commentaire