On utilise la forme en tai afin d’exprimer le désir, le fait de vouloir faire quelque chose. Après le radical d’un verbe d’action, on ajoute la terminaison -tai, d’où l’appellation « forme en -tai » (aussi appelée « forme volitive »).

D’autres mots et terminaisons existent pour exprimer le désire comme le i-adjectif hoshii (désirer, vouloir quelque chose) ou bien la terminaison en -garu pour indiquer ce que quelqu’un d’autre désire.

I. Forme en -tai au présent. 

La forme en -tai permet de changer le sens initial d’un verbe afin d’exprimer le désir.
On traduit cette forme par « vouloir (+le verbe) » : ikitai = vouloir aller ; tabetai = vouloir manger.


Construction :

  • particule wo ou ga + Radical du verbe + tai = je veux… (forme familière)
  • particule wo ou ga + Radical du verbe + tai + desu = je voudrais… (forme polie)

Pour que la phrase soit polie, on ajoute desu après -tai.
On peut utiliser la particule ga à la place de la particule wo. Les deux particules sont acceptées avec un verbe à la forme en tai.


Voici la méthode pour déterminer la forme en -tai d’un verbe :

  • On a d’abord besoin de déterminer le radical du verbe. Si vous connaissez la forme en -masu d’un verbe, vous pouvez obtenir le radical de celui-ci en enlevant la terminaison « masu ».
  • Exemple avec le verbe iku (aller) : sa forme en -masu est ikimasu, son radical est iki.
  • On a juste à ajouter « tai » après le radical, donc la forme en -tai de iku est ikitai.
  • Autre exemple avec le verbe manger « taberu ». Sa forme en -masu est tabemasu. Son radical est tabe. Donc sa forme en tai est « tabetai ».


• Présent à la forme affirmative polie
今年日本行きたいです。
Kotoshi nihon ni ikitai desu.
Cette année, je voudrais aller au Japon.

• Présent à la forme affirmative familière
明日動物園行きたい。
Ashita doubutsuen ni ikitai.
Demain, je veux aller au zoo.

• Présent à la forme négative

(phrase polie)
今、テレビ見たくないです。
Ima, terebi ga mitakunai desu.
Maintenant, je ne veux pas regarder la télévision.

(phrase littéraire)
今、テレビが見たくありません。
Ima, terebi ga mitaku arimasen.
Maintenant, je ne veux pas regarder la télévision.

(phrase familière)
今、テレビが見たくない。
Ima, terebi ga mitakunai.
Maintenant, je ne veux pas regarder la télévision.



Si vous connaissez les conjugaisons des i-adjectifs, vous remarquerez que la forme en tai se conjugue de la même façon. On enlève le « i » final pour le remplacer par « kunai » afin de construire la forme négative.



À noter : aru n’a pas de forme en tai car ce verbe ne s’emploie que pour désigner des objets inanimés, alors que son homologue iru a une forme en tai (itai).
Voyons un exemple :

今、日本にいたい!
ima, nihon ni itai !
Maintenant, je veux être au Japon !


La forme en -tai est employée pour parler de ce que l’on désir à la première personne du singulier. En effet, on ne peut pas parler des désirs des autres personnes, sauf si, par exemple, on cite ce que quelqu’un a dit :

息子明日テニスしたい言っていました。
Musuko wa ashita tenisu shitai to itteimashita.
Mon fils a dit que demain il souhaite jouer au tennis.



II. Forme en -tai au passé.

Si vous avez étudiez les i-adjectifs, vous remarquerez que la forme en -tai se conjugue de la même manière. Au passé affirmatif, on remplace le « i » final par « katta ». Et au passé négatif, on le remplace par « kunakatta ». Le fait d’ajouter « desu » après ces deux terminaisons rend la phrase polie.

• Passé à la forme affirmative polie
昨日お寿司食べたかったです。
Kinou osushi ga tabetakatta desu
Hier, je voulais manger des sushi(s).

• Passé à la forme affirmative familière
十二時お昼ごはんが食べたかった。
Juuni ji ni ohirugohan ga tabetakatta.
Je voulais déjeuner à midi.

• Passé à la forme négative polie.
服が買いたくなかったです。
Fuku ga kaitakunakatta desu.
Je ne voulais pas acheter de vêtements.

• Passé à la forme négative familière.
中古車が買いたくなかった。
Chuuko no kuruma ga kaitakunakatta.
Je ne voulais pas acheter une voiture d’occasion.



III. Poser des questions à la forme en -tai.

On disait précédemment qu’on utilise la forme en tai uniquement pour parler de ses propres désirs.
Néanmoins, on peut poser une question comportant une forme en tai.

  • Phrase interrogative polie au présent + réponse :

Kentarou :
今日ラーメン食べたいです
Kyou wa raamen wo tabetai desu ka.
Voulez-vous manger un ramen aujourd’hui ?

Yumi :
はい、食べたいです。
Hai, tabetai desu.
Oui, je voudrais bien.


  • Phrase interrogative familière au présent + réponse :

Paul :
お昼に蕎麦が食べたい
Ohiru ni soba ga tabetai no ?
Tu veux manger un soba pour le déjeuner ?

Aiko :
うん、食べたい。
Un, tabetai.
Oui.



IV. Hoshii.

Hoshii est un i-adjectif qui signifie : vouloir, désirer.
On indique ce que l’on désir par la particule ga が.
Voyons comment l’utiliser avec les exemples suivants :

  • On peut l’employer pour un objet :

(Présent à la forme affirmative polie)
自転車欲しいです。
Watashi wa jitensha ga hoshii desu.
Je voudrais un vélo.

(Présent à la forme affirmative familière)
新しい車が欲しい。
atarashii kuruma ga hoshii.
Je veux une nouvelle voiture.

À noter, en début de phrase le « watashi wa » n’est pas obligatoire, puisque « hoshii » ne s’utilise que pour exprimer ses propres désirs, et non ceux des autres.


  • On peut l’employer pour les êtres vivants :

(Passé à la forme affirmative polie)
猫が欲しかったです。
Neko ga hoshikatta desu.
Je voulais un chat.

(Passé à la forme affirmative familière)
日本人友達が欲しかった。
Nihonjin no tomodachi ga hoshikatta.
Je voulais un ami japonais.


  • On ne peut pas parler des désirs des autres personnes,
    en revanche on peut citer ce qu’ils ont dit :

私の友達お箸が欲しい言っています。
Watashi no tomodachi wa ohashi ga hoshii to itteimasu.
Mon ami dit qu’elle veut des baguettes.

あいこさん他の仕事が欲しいと言っていました。
Aikosan wa hoka no shigoto ga hoshii to itteimashita.
Mme Aiko a dit qu’elle veut un autre travail.


  • On peut émettre une supposition pour parler de ce que veulent les autres avec « je pense que » « to omoimasu » ou bien avec « probablement » « kamoshiremasen » :

日本人の友達が欲しいと思います。
Kare wa nihonjin no tomodachi ga hoshii to omoimasu.
Je pense qu’il veut des amis Japonais.

彼は日本人の友達が欲しいかもしれません。
Kare wa nihonjin no tomodachi ga hoshii kamoshiremasen.
Il veut probablement des amis Japonais.



V. Hoshigaru.

Comme on a vu précédemment, on ne peut pas parler de ce que désir les autres avec simplement le i-adjectif hoshii. Si on veut évoquer ce que quelqu’un désir, basé sur notre observation, on peut utiliser : hoshigaru.

. Hoshigaru est un verbe godan.
. On utilise la particule wo avec hoshigaru (la particule ga ne peut pas être utilisée comme avec la forme en tai classique).


  • Phrase familière au présent

ゆみフランス人友達欲しがっている。
Yumi wa furansujin no tomodachi wo hoshigatteiru.
Yumi veut des amis Français.


  • Phrase polie au présent

パソコンを欲しがっています。
Musume wa pasokon wo hoshigatteimasu.
Ma fille veut un ordinateur.


  • Phrase polie au passé

子供の時、お兄さんは犬を欲しがっていました。
Kodomo no toki, oniisan wa inu wo hoshigatteimashita.
Quand on était enfant, mon frère aîné voulait un chien.



VI. Verbe forme en TE + hoshii.

Pour indiquer que l’on souhaite que quelqu’un fasse quelque chose, on utilise la construction suivante : Verbe à la forme en TE + hoshii (desu).


  • Phrase familière au présent

ちょっと手伝って欲しい。
Chotto tetsudatte hoshii.
Je voudrais que tu m’aides.


  • Phrase polie au présent

部屋掃除して欲しいです。
Heya wo souji shite hoshii desu.
Je souhaiterais que vous fassiez le ménage dans votre chambre.


  • Phrase familière au passé

昨日、手伝って欲しかった。
Kinou, tetsudatte hoshikatta.
Hier, j’aurais voulu que tu m’aides.



VII. Radical d’un verbe + tagaru.

On a vu précédemment qu’on ne peut pas parler de ce que veulent les autres personnes en utilisant la forme en -tai.
Cependant, une construction existe afin d’évoquer ce que quelqu’un désire faire :
Radical du verbe + tagaru (exemple avec taberu : tabe + tagaru = tabetagaru)

Avec cette construction, contrairement à la forme en -tai que l’on a vue précédemment, on ne peut pas utiliser la particule ga à la place de wo.


ラーメン食べたがっています。
Musume wa raamen wo tabetagatteimasu.
Ma fille veut manger un ramen.

La forme en « tagaru » indique que l’on a compris que quelqu’un veut faire quelque chose de part son attitude ou sa façon de réagir. Peut-être que dans la phrase ci-dessus, l’un des deux parents a compris que leur fille désir manger un ramen car, par exemple, elle regarde de manière insistante le menu d’un restaurant de ramen.


猫は犬遊びたがっていました。
Neko wa inu to asobitagatteimashita.
Le chat voulait jouer avec le chien.

On peut utiliser cette forme également pour parler des animaux.



VIII. Terminaisons en -ku et -kute.

Pour indiquer un changement, quelque chose qu’on a eu envie de faire, on peut combiner un verbe à la forme en -tai avec le verbe devenir « naru ».
Dans cette construction, la forme en -tai change. On remplace le « i » final par « ku » ce qui donne une terminaison en -ku comme dans les exemples suivants :

すき焼き食べたくなりました。
Sukiyaki ga tabetaku narimashita.
J’ai envie de manger un sukiyaki.

お茶飲みたくなりました。
Ocha wo nomitaku narimashita.
J’ai eu envie de boire du thé.


La forme en -kute permet de faire des phrases longues, c’est une sorte de forme en TE, mais avec une seule fonction. Pour la construire, tout comme la forme précédente, on enlève le « i » final de la forme en -tai pour le remplacer par -kute :

お腹が痛くて、もう我慢できません。
Onaka ga itakute, mou gaman dekimasen.
Je n’arrive plus à supporter mon mal de ventre.

お茶が飲みたくて、自動販売機お茶を買ってしまいました。
Ocha ga nomitakute, jidouhanbaiki de ocha wo katte shimaimashita.
J’avais tellement envie d’un thé que j’en ai carrément acheté un au distributeur automatique.



IX. Conditionnel en -takattara et -takereba.

À l’instar des formes classiques au conditionnel en -tara et -ba, la forme en -tai conjuguée au conditionnel permet de construire des phrases longues.
La construction :

  • Conditionnel en -takattara : on enlève le « i » final de la forme en -tai pour le remplacer par « kattara ».
  • Conditionnel en -takereba : on enlève le « i » final de la forme en -tai pour le remplacer par « kereba ».


今晩友達食べたかったら、まず部屋掃除しておいて
Konban tomodachi to tabetakattara, mazu heya no souji wo shite oite ne.
Si tu veux manger avec tes amis ce soir, d’abord fais le ménage dans ta chambre.


11時の東京いきの電車乗りたければ、早く準備してね。
Juuichiji no toukyou iki no densha ni noritakereba, hayaku junbi shite ne.
Si tu veux prendre le train de 11 heures pour Tokyo, prépare-toi vite.



X. -tai + mitai.

Il est possible de parler de ce que veut quelqu’un d’autre grâce à la formule :
Verbe forme en -tai + mitai (desu).

En traduction, on peut donner : On dirait qu’il veut… / Il semble qu’il veut…

Voyons quelques exemples :


  • Phrase polie

けんたろうお寿司食べたいみたいです
Kentarou wa osushi wo tabetai mitai desu ne.
On dirait que kentarou veut manger des sushi(s), n’est-ce pas ?


  • Phrase familière

子供は海入りたいみたい。
Kodomo wa umi ni hairitai mitai.
Il semble que les enfants veulent aller dans la mer.



XI. -tai + omoimasu.

On utilise la formule « verbe forme en tai + omoimasu » soit pour indiquer que l’on « pense que quelqu’un veut faire quelque chose », soit pour être moins direct et dire que l’on « souhaiterait faire quelque chose ».

Voyons deux exemples :


  • Pour indiquer ce que l’on pense à propos du désir de quelqu’un d’autre

友達日本行きたい思います。
Watashi no tomodachi wa nihon ni ikitai to omoimasu.
Je pense que mon ami veut aller au Japon.


  • Pour être moins direct

今日は山に行きたいと思います。
Kyou wa yama ni ikitai to omoimasu.
Aujourd’hui, je souhaiterais aller à la montagne.



XII. -tai + no desu ga.

Pour demander quelque chose de manière très polie avec la forme en tai, on utilise la formule suivante : Verbe forme en tai + no desu ga.

  • Première situation : on demande un renseignement à un employé de gare

渋谷行きたいのですが。
Shibuya ni ikitai no desu ga.
Je voudrais aller à Shibuya.

C’est une façon de demander indirectement une information que quelqu’un est censé avoir. Exactement comme dans notre exemple ci-dessus, l’employé de gare connaît évidemment le train qui se rend à la gare de Shibuya.

En fait, cette expression vient d’une formulation plus complète. En effet, on peut éventuellement ajouter « oshiete itadakemasen ka » qui signifie « pourriez-vous me l’indiquer ? » :

渋谷に行きたいのですが、道教えていただけませんか。
Shibuya ni ikitai no desu ga, michi wo oshiete itadakemasen ka.
Je voudrais aller à Shibuya, pourriez-vous m’indiquer le chemin ?

À noter : la particule « ga » dans cette phrase signifie « mais ».




Conclusion

Toutes ces notions sont essentielles pour atteindre un niveau de japonais B1. Si vous débutez et que vous n’avez jamais abordé les formes en tai, apprenez chaque partie proposée ici dans l’ordre. La difficulté est croissance.

Si vous avez déjà étudié les conjugaisons, vous pourrez ajouter une ligne à votre tableau avec la forme en -tai. Tout comme la forme en -eru, la forme en -tai est vraiment pratique en conversation du quotidien, dès qu’on l’a maîtrise, on se sent bien plus à l’aise.

Laisser un commentaire