Cours 7 : Fête – Paatii

Résumé :

Paul s’est inscrit dans un club réunissant des Japonais passionnés par la langue française et des élèves de la communauté francophone de son campus universitaire.

C’est un club tout récent et les membres fondateurs ont décidé de le nommer : Frampo. Justement, une fête a été organisée pour célébrer l’arrivée des nouveaux membres.



Dialogue :

  1. Paul : こんや は ひと が たくさん います ね。
    Konya wa hito ga takusan imasu ne.

  2. Tomoko : そう です ね。とても にぎやか です ね。
    Sou desu ne. Totemo nigiyaka desu ne.

  3. Paul : はい、 とても たのしい です。
    Hai, totemo tanoshii desu.

  4. Tomoko : いつ から にほんご の べんきょう を して います か。
    Itsu kara nihongo no benkyou wo shite imasu ka.

  5. Paul : きょねん から にほんご を ならっています。
    でも、じょうず じゃない です。
    Kyonen kara nihongo wo naratte imasu.
    Demo, jouzu janai desu.

  6. Tomoko : いいえ、とても うまい です。
    iie, totemo umai desu.

  7. Paul : ともこさん は フランスご が できます か。
    Tomoko san wa furansugo ga dekimasu ka.

  8. Tomoko : はい。でも、まだ しょしんしゃ です。
    Hai. Demo, mada shoshinsha desu.

  9. Paul : いっしょ に フランスご の べんきょう を しましょう。
    issho ni furansugo no benkyou wo shimashou.

  10. Tomoko : はい、おねがいします。
    Hai, onegai shimasu.



Traduction :

  1. Paul : Ce soir, il y a beaucoup de monde, n’est-ce pas ?
  2. Tomoko : Oui, c’est vrai. C’est très animé, n’est-ce pas ?
  3. Paul : Oui, c’est très sympa.
  4. Tomoko : Depuis quand apprenez-vous le japonais ?
  5. Paul : J’apprends le japonais depuis l’année dernière. Mais je ne suis pas doué.
  6. Tomoko : Non, vous êtes très doué.
  7. Paul : Parlez-vous français ?
  8. Tomoko : Oui. Mais, je suis encore débutante.
  9. Paul : Et si nous étudions ensemble le français ?
  10. Tomoko : Oui, s’il vous plaît.



Explications : 

Phrase 1 :

Paul : こんや は ひと が たくさん います ね。
Konya wa hito ga takusan imasu ne.

Konya = ce soir / wa = particule wa / hito = personne / ga = voir le cours sur la particule ga / takusan = beaucoup / imasu = il y a, exister, être présent / ne = n’est-ce pas (particule ne).

Voir le point 3 intitulé « III. Avec les verbes d’état iru et aru. » du cours sur la particule ga via ce Lien.

Conjuguons le verbe « imasu » :

iru : forme du dictionnaire, qui équivaut à notre infinitif. C’est aussi le présent/futur familier.
imasu : présent/futur – poli.
imashita : passé – poli.
ita : passé – familier.

Voir la partie intitulée « Verbes du 2e groupe ichidan » via ce Lien afin de mieux cerner le verbe imasu (d’autres verbes sont proposés, cependant les terminaisons restent les mêmes pour tous les verbes du deuxième groupe)

On peut traduire la particule ne ね de plusieurs manières en fonction du contexte. Les deux traductions principales sont : « n’est-ce pas » au vouvoiement et « hein » au tutoiement.
Cette particule se place en fin de phrase. Elle nous permet de faire réagir notre partenaire pour, par exemple, avoir son opinion, ou du moins engager une conversation comme dans ce dialogue.


Phrase 2 :

Tomoko : そう です ね。とても にぎやか です ね。
Sou desu ne. Totemo nigiyaka desu ne.

Sou desu ne = Oui, c’est vrai (sou desu = oui / ne = n’est-ce pas) / Totemo = très / nigiyaka = être animé / desu = être / particule ne.

Sou desu signifie littéralement « ainsi c’est » : sou = ainsi / desu = être. C’est pour cela qu’on niveau de la traduction, nous sommes assez libres de l’adapter en fonction du contexte. D’ailleurs, dans les dictionnaires, bien souvent, sou desu est aussi traduit par « c’est exact ».

Vu que Paul et Tomoko se vouvoient dans ce dialogue, on pourrait éventuellement traduire « sou desu ne » par « effectivement« .

On peut combiner sou desu avec la particule ne – que nous avons étudiée ci-dessus dans la phrase 1 – afin de montrer que l’on est en parfait accord avec ce qu’a précédemment dit notre interlocuteur. Dans ce dialogue, Tomoko veut exprimer le fait qu’elle est tout à fait d’accord avec ce que Paul lui a dit dans la phrase 1.

Nigiyaka est un na-adjectif.


Phrase 3 :

はい、 とても たのしい です。
Hai, totemo tanoshii desu.

Hai = Oui / totemo = très / tanoshii = être sympa, agréable, joyeux, amusant, plaisant / desu = être.

Hai est un « oui » poli.
On peut aussi l’utiliser pour indiquer que l’on a bien compris un ordre ou une consigne.
Pour donner un signal : par exemple un serveur peut vous dire « hai » en vous présentant le menu afin d’exprimer « voici » ou « tenez ».
Pour répondre à un appel : par exemple, quand le professeur fait l’appel, les élèves répondent par « hai » (c’est pour cela que dans les films japonais ou les animés en VO, dans les sous-titres, ils proposent en traduction « présent »).

Tanoshii est un i-adjectif. Dans les dictionnaires plusieurs traductions sont proposées comme agréable, joyeux, amusant, plaisant, etc.
À nous d’adapter notre traduction en fonction du contexte. Bien souvent, le terme « sympa » constitue une traduction idéale.


Phrase 4 :

Tomoko : いつ から にほんご の べんきょう を して います か。
Itsu kara nihongo no benkyou wo shite imasu ka.

itsu kara = depuis quand / nihongo = langue japonaise / no : particule de connexion / benkyou = étude / particule wo / shite imasu = être en train de faire / ka = particule interrogative.

itsu est un pronom interrogatif qui signifie quand. On ne peut pas l’utiliser pour former le conditionnel.
Autres exemples :

いつ たべます か。
itsu tabemasu ka ?
Quand est-ce qu’on mange ?

まつり は いつ です か。
Matsuri wa itsu desu ka.
Quand est le festival ?

Petit rappelle : si on connaît le nom d’un pays, pour indiquer ses habitants et sa langue, on a juste à y ajouter les suffixes jin et go.

Nihon 日本 = le Japon
Nihonjin 日本人 = Japonais (pour désigner les habitants)
Nihongo 日本語 = la langue japonaise

Furansu フランス = la France
Furansujin フランス人 = Français (pour désigner les habitants)
Furansugo フランス語 = la langue française

La langue de certains pays peut poser parfois des difficultés, entre autres la langue anglaise. L’anglais se dit « eigo ». Ce terme vient du mot « eikoku » signifiant Royaume-Uni. 


. Benkyou suru = étudier (verbe composé) : Benkyou = étude / suru = faire

Vous pouvez revoir le cours sur les verbes via ce Lien.
Et étudier en particulier le verbe suru (faire), en cliquant sur ce Lien.

Suru : forme du dictionnaire, qui équivaut à notre infinitif. C’est aussi le présent/futur familier.
Shimasu :
présent/futur – poli.
Shimashita :
passé – poli.
Shita :
passé – familier.
Shite :
forme en T.
Shite imasu :
présent progressif – poli (= être en train de faire)

Dans cette phrase, on emploi le verbe faire au présent progressif pour indiquer que « c’est toujours en cours ». Comme Paul est étudiant en classe de japonais dans la même université de Tomoko, elle peut se permettre de déduire qu’il est toujours en train d’étudier la langue japonaise.


Phrase 5 :

Paul : きょねん から にほんご を ならっています。
でも、じょうず じゃない です。
Kyonen kara nihongo wo naratte imasu.
Demo, jouzu janai desu.

Kyonen kara = depuis l’année dernière / nihongo = langue japonaise / particule wo / naratte imasu = Apprendre (présent progressif).
Demo = mais, cependant / jouzu = être doué / janai desu = forme négative de desu.

Kyonen veut dire « année dernière » et kara est une particule qui est référencée dans les dictionnaires par « à partir de » ; « depuis ».

Le verbe narau 習う signifie « apprendre », « étudier » ou encore prendre des cours (avec un professeur).
C’est un verbe du premier groupe. Vous pouvez trouver le cours sur les verbes du premier groupe « godan » via ce Lien.

Narau : forme du dictionnaire, qui équivaut à notre infinitif. C’est aussi le présent/futur familier.
Nara
imasu :
présent/futur – poli.
Naraimashita :
passé – poli.
Nara
tta :
passé – familier.
Nar
atte
: forme en T.
Nar
atte
imasu : présent progressif – poli (= être en train de faire)

Ici aussi, tout comme avec « benkyou suru » (voir l’explication ci-dessus dans la phrase 4), on emploie le présent progressif pour indiquer qu’on est toujours, à l’heure actuelle, en train d’apprendre le japonais.
Rappel : le présent progressif se forme avec la « forme en T » du verbe (ici : naratte) et on y ajoute « imasu ».

Jouzu est un na-adjectif qui signifie : être doué, adroit, habile.


Phrase 6 :

Tomoko : いいえ、とても うまい です。
iie, totemo umai desu.

iie = non / totemo = très / umai = c’est un i-adjectif qui signifie : être doué, talentueux (nous verrons d’autres traductions plus tard) / desu = être.


Phrase 7 :

Paul : ともこさん は フランスご が できます か。
Tomoko san wa furansugo ga dekimasu ka.

Tomoko san = dans la traduction en français, nous l’avons simplement traduit par « vous » / particule wa furansugo = langue française / particule ga / dekimasu = être possible / particule ka.

Pour demander à quelqu’un s’il parle une langue, on peut aussi le demander avec le verbe hanasu (parler) :

Furansugo wo hanasemasu ka ?
Pouvez-vous parler français ?

Néanmoins, l’emploi de dekimasu, qui à la base veut dire « être possible » ou « pouvoir faire », est plus courant dans ce type de question.


Phrase 8 :

Tomoko : はい。でも、まだ しょしんしゃ です。
Hai. Demo, mada shoshinsha desu.

Hai = oui / Demo = mais, cependant / mada = encore, toujours / shoshinsha = débutante / desu = être.


Phrase 9 :

Paul : いっしょ に フランスご の べんきょう を しましょう。
issho ni furansugo no benkyou wo shimashou.

issho ni = ensemble / furansugo = langue française / no = particule de connexion / benkyou wo shimashou = étudions.

Ici, on utilise benkyou suru à la forme volitive (c’est-à-dire une construction verbale qui énonce une volonté) dont la terminaison est -mashou. Plus simplement, ces formes en -mashou correspondent à la première personne du pluriel de l’impératif et sont également appelées formes en « o » (le terme technique est forme volitive).

Ces formes en « o » nous servent soit à exprimer l’impératif afin de donner un ordre à une personne ou à un groupe, soit à proposer quelque chose.
Par exemple :
. Hayaku tabemashou ! = Mangeons vite !
. Osushi wo tabemashou ! = Et si on allait manger des sushi(s) !

Dans cette phrase, Paul utilise la forme en « o » pour proposer à Tomoko d’étudier le français avec lui.


Phrase 10 :

Tomoko : はい、おねがいします。
Hai, onegai shimasu.

Hai = oui / onegai shimasu = s’il vous plaît.


Cours suivant >

< Cours précédent

Retour au sommaire


Laisser un commentaire